FAQPortailAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
FAQPortailAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Joyeux noël à tous, faites attention aux chocolats mhuahaha !

Partagez | .
 

 Geriko Ogawa, the Black Raven [50% done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Geriko Ogawa, the Black Raven [50% done] Ven 29 Nov - 1:46

Geriko Ogawa a écrit:
« Geriko Ogawa »
"Pour quoi un corbeau ressemble-il à un grain de sel ?" ― in Alice au pays des Merveilles de Lewis

Carroll.

carte d'identité
# avatar : Sumeragi Subaru dans Tokyo BABYLON
# p'tit nom : Geri-chou?
# née le : 14/07/96 # et a : 17 ans.
# sexe : Masculin
# orientation sexuelle : Haruphile (mais non, mais non, c'est très sain voyons)

# atteint par le virus : [X] oui [ ] non
# animal virus : Ocelot

# régime : Interne
# club : Club de cuisine
# division : Quatrième année
# façon de travailler : Crayon en bouche et la main dans les cheveux, les yeux rivés sur son travail.

# loisirs : Dessiner, jouer à des jeux vidéos, écrire, me promener en forêt, lire, écouter de la musique, m'amuser avec Haru, et plein d'autres choses.
# phobies : VOUS... Plus sérieusement, me faire harceler. Crises de panique, possibilité de me voir vous violenter, et autres joyeusetés du genre.

caractère

Je suis son ombre. Le sombre corbeau protecteur de ma douce et rayonnante Haru.

Qui m'a demandé de vivre? Je ne sais pas... Mais avant de naître, l'Entité silencieuse m'a effleuré les lèvres de ses doigts. De ce contact m'a été remis entre les mains la vie. J'ai accepté en moi cette chaleureuse force.

Je me suis fait à être mis de côté, je sais m'occuper, et m'amuser sans vous.
Non pas que je ne vous aime pas, mais je n'aime que peu de personnes. Peu intéressé par la création de liens amicaux, ou même de liens tout court, les années m'ont forgé à ne pas être trop ouvert à vous.
Le seul individu à réellement susciter mon intérêt, vous l'aurez compris, c'est elle... Ma jumelle.
Approchez-en vous, et vous goûterez au regret... Attention... C'est amer.
Je suis trop indulgent. Je devrais déjà vous sauter au cou de vous voir la regarder, ou d'espérer d'elle un simple battement de coeur à votre égard...
Expliquez cela par ma jalousie maladive pour autrui ou par n'importe quoi, les faits sont là. Je ne veux plus la perdre...

Ajoutez à cela que vous m'entendrez souvent me plaindre, je suis un pauvre garçon toujours mis de côté, je n'ai besoin que d'affection *bouille toute triste*...
Il faut dire aussi que je parle peu. Je l'ai toujours été, et le resterai. La perception de mes sentiments doit se faire au-delà de ce que je peux vous communiquer. Il faut apprivoiser la bête en cage.

Votre existence m'oppresse.
Vous être trop, tout simplement. Trop de visages, de personnalités, de problèmes, de pression, de prises de tête. Je ne suis pas de ceux à chercher des embrouilles. Au contraire, j'ai choisi la voie de l'honnêteté et de vivre dans la simplicité. Vous compliquez un peu tout, c'est tout.
Je pourrais vivre plus sereinement, vivre en étant moi-même. Sauf qu'en règle générale je suis pris pour le taré du coin, ça me rend lunatique, un peu instable et tout devient plus dur à supporter. Les discussions me sont en règle général un calvaire à nourrir, et il doit être difficile de trouver quelque chose de vraiment passionant pour vous en moi. Donc pour faire simple, mes relations sont vraiment chaotiques. La difficulté réside peut-être dans le fait que vous ne m'intéressez que peu.

J'ai vu l'autre partie de moi grandir à mes côtés et j'ai compris que je devais vivre pour elle.
Elle est mon soleil, je suis sa lune: lorsqu'elle se lève, elle vous éblouit de ses mille feux. Vous titubez, mortels... Et lorsque vient l'instant où ses derniers rayons vous effleurent le bout du nez, commence alors mon règne sur votre monde au regard hagard. J'essaye de m'amuser comme je peux.
Nous commes complémentaires, elle et moi: sans l'un de nous, l'autre n'est rien... La vie est alors impossible. Pourtant, notre coexistance nous fusionne, je suis elle et elle est moi, nous sommes un invincible et sempiternel "nous".
Elle est la magnificience du soleil, je suis la grâce de la lune,
la chaleur bienveillante de l'une, avec la fraicheur parfois dérangeante de l'autre.

Sa beauté vous guidera tout droit entre mes griffes, si vous n'êtes pas assez attentifs. J'ai les sens en alerte.


physique

C'est peut-être de façon plus concise que je vais décrire ce à quoi ce corps ressemble. Première chose importante: je suis un homme. Un vrai, un dur!
Bon...Ok, pas très convaincant. Il faut dire qu'avec les traits de mon visage, il serait plus évident de m'attribuer le genre féminin. Pourtant je vous le reconfirme, ne doutez plus, c'est bel et bien le corps d'un homme que vous avez en face de vous.
Fin, assez élancé tel mon animal-virus, mes cheveux d'un noir corbeau -oui j'aime cet oiseau!- contrastent avec ma peau dont je n'ai cesse d'entendre en dire qu'elle est plus blanche que neige. Petite touche de couleur, mes yeux bleus. Peut-être la partie de mon visage que j'aime le plus. J'y respire un air sylvestre, une Nature profonde, tout un monde sur le point d'en déborder, un ciel infini contenu dans un espace trop petit.
Je n'ai pas la carrure d'un athlète, et du haut -c'est relatif- de mon mètre soixante-dix, j'avoue ne pas non plus avoir de musculature capable de vous émoustiller, mesdemoiselles. Et il faut dire que je n'en ai un peu rien à faire, à vrai dire.
Je me plais, l'objectif principal est rempli, je m'en contente.
J'ai la même coupe de cheveux que ma soeur. Normal? Oui, pour nous deux.
Quant à mon poids, vous ne l'aurez pas. Héhéhé.



histoire
A vrai dire, il est impossible d'établir mon histoire de façon claire et succinte. Mon passé est compliqué et moi-même je doute encore de certains détails...

Quoi qu'il en soit, voici comment Haru est devenue Haru, et que Geriko a pu devenir Geriko:
Mon enfance est chaotique. Oui, chaotique. Je ne connais pas nos parents. Et quand je dis "nos", je dis à Haru et à moi. Il est évident que nous sommes jumeaux. Et pourtant, je ne me rappelle de rien...

Lorsque j'ai enfin pu éclore -c'est-à-dire pouvoir garder des souvenirs de ma vie antérieure-, j'avais alors quatre ans.
J'ouvrais alors mes yeux, et posais mon regard sur le vieil homme qui était devant moi, qui avait le sourire au lèvres et les yeux pleins d'amour. Je n'ai jamais su son nom... La forêt nous encerclait, et j'ai encore le souvenir de la peur qui m'a saisie à l'instant. Que faisais-je là, avec cet inconnu?
Je ne le saurai jamais. Toujours est-il qu'il a gagné ma confiance.
Son bonnet de laine vissé sur la tête et sa longue barbe grise, il me racontait de passionantes histoires chaque soir avant de m'endormir. Nous vivions dans la forêt, et j'étais heureux. Si libre, si pleinement moi-même... Bien évidemment, à quatre ans, vous vous imaginez bien qu'il m'était impossible de me débrouiller seul. Alors cet ermite s'occupait de moi. Il me traitait comme son fils... J'étais sous ses ailes protectrices, à l'abri des dangers du monde.
Nous logions dans un petit temple abandonné, où la Nature avait repris ses droits. Des buissons et des racines jonchaient le plancher, il veillait souvent à ce qu'elles n'envahissent pas trop notre espace, notre maison.
De ce que je me souviens parfaitement, de nombreuses soirées resteront jamais gravées dans mon esprit. Cette fois où, par cette nuit d'été, allongés dans les herbes en contemplant les étoiles, une nuée de lucioles nous ont surpris en nous envelloppant d'un rideau de lumière. Mon âme d'enfant n'a jamais été aussi comblée par tant de beauté.
J'étais un enfant perdu dans le monde, ébloui par les beautés qu'il osait me laisser entre-apercevoir parmi toutes celles qu'il gardait en réserve.
Oui, j'étais avide de découvertes, avide de pouvoir parcourir ces forêts seul, libre comme l'air et aussi vif que le vent.
Je me sentais dans mon milieu, là où je me sentais capable de vivre pour le restant de mes jours, en compagnie de celui que j'estimais être mon père spirituel.

Mais l'avenir en a décidé autrement, et il a bien fait... Un matin, mes sens m'ont alerté d'une présence que jusqu'alors je n'avais jamais ressentie jusqu'alors. Omettant volontairement d'alerter l'ermite, je courus vers la clairière d'où provenait cette présence attisant ma curiosité. Un sentier longeait les arbres, et, caché derrière un buisson, je scrutais le moindre mouvement. Il faut préciser qu'à cette époque, vivant dans la forêt, mon père spirituel m'amenait des vêtements qu'il récupérait dans le village en contrebas, quelques kilomètres plus loin. On lavait ces habits à l'eau de la rivière qui coulait le long de la montagne, proche du temple. Donc j'aurais tout aussi bien pu avoir l'air d'un enfant perdu dans les bois depuis quelques heures, comme ce que j'étais en réalité, à savoir un enfant de la forêt.

Un bruissement de feuilles sur ma gauche, une main empoignant le col de mon t-shirt, et me voilà propulsé dans les herbes, emporté par une inconnue.
Je n'ai eu de temps de la regarder qu'après avoir repris mes esprits.
Au milieu de la forêt, elle et moi. Deux paires d'yeux qui avaient oublié de se chercher, qui rattrapaient le temps perdu.
On a dû rester là quelques minutes, à suspendre l'espace, le temps, à nous échanger par de longs silences nos souvenirs respectifs.
Je ne sais pas ce qui s'est passé à cet instant-là... Ma vie a pris un nouveau tournant. Elle me ressemblait. Trait pour trait...
C'était tellement frappant... En se levant, nous faisions la même taille. Elle m'a alors attrappé la main, et d'un air innoncent m'a soufflé:

-On s'est retrouvés, hein?

Oui.
Retrouvés, c'est le mot.
Je n'avais aucune idée de ce qui se passait entre nous deux.
J'avais juste l'impression de devoir la suivre. Une irrésistible intuition, c'est ma volonté même qui me dictait de suivre cette fille. Totalement déraisonné. J'étais devenu fou.

Un vieil homme restait au bord du chemin, à une distance respectable de nous. Le long de ses joues coulaient des larmes. Il sourait. Totalement incompréhensible. Le monde était devenu fou.

J'ai quitté ma forêt, mes deux ans de vie avec cet homme des bois, j'ai renoncé à tout ce que j'aurais pu y vivre.
Enfin, rien n'aurait pu être aussi bien que ce que j'ai vécu avec Haru et Arihito.
Arihito?
C'est cet homme qui avait recueilli Haru depuis l'époque où, parallèlement, j'avais commencé à vivre avec l'ermite. [Pas encore fini, ça avance, ça avance ^^]

préférences
# couleur : Noir
# chiffre : 14
# animal : Le corbeau

# nourriture : Plutôt que de dire ses préférences, il serait plus rapide de regrouper ce qu'il n'aime pas, à savoir simplement: le fast-food et aliments de ce style
# boisson : Ice Tea et sirops divers et variés!
# objet : Un critérium
# lieu : Sous ton lit, avec un grand sourire dévoilant mes canines luisantes :3

# sport : Aucun, la flemme.
# linge : Souvent habillé d'un jean, chemise légère et veste, plus des gants et pulls en hiver.
# style musical : Metal (groupes divers et variés)
# matière scolaire : ...
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

« Derrière l'écran »

class="fquote">bouyatchaka o/
Je m'appelle Loucas mais on me surnomme Kaeyris. Ma date de naissance, c'est le

20/07/95, ce qui fait que j'ai 18 ans.

# je suis arrivé/e sur le forum en vélo!! me le faisant soumettre par Haru alors qu'on cherchait un fofo pour s'amuser un peu ^^
# je le trouve : Particulièrement cool :3

# les cookies ? si j'aime ça ? ...
# petit mot pour la fin : mot <-Le voilà!!



Dernière édition par Geriko Ogawa le Mar 3 Déc - 1:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 2255
☣ phikas : 1634

Féminin
☣ âge : 18
☣ animal virus : renard argenté.
☣ je loge en : F#03.
MessageSujet: Re: Geriko Ogawa, the Black Raven [50% done] Ven 29 Nov - 16:49

Hello hello, bienvenue à toi :D

Ta fiche est OK pour l'instant (sauf un truc dont je te parle plus bas), bon courage pour finir ton histoire. ~
Le truc qui ne va pas est ton animal virus : l'ocelot est déjà pris par l'un de nos pensionnaires, il va falloir que tu changes. ><"
N'oublie pas ton avatar (si tu as besoin d'aide pour, on est là ;D).

Bon courage :3


poulpesquement gâtée :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.root-top.com/topsite/forumrpg/in.php?ID=7449
avatar

☣ textos envoyés : 913
☣ phikas : 3717

Féminin
☣ âge : 22
☣ animal virus : Panda roux
☣ je loge en : F#01
MessageSujet: Re: Geriko Ogawa, the Black Raven [50% done] Ven 29 Nov - 21:13

Pour ton animal virus c'est ok (désow de contredire Aya', pas taper XD) parce que la membre l'utilisant m'a envoyé un MP comme quoi elle ne passerait plus, son compte sera donc supprimé dans les jours à venir, tu peux donc le prendre n_n
Sinon, comme déjà dit sur la CB, officiellement, bienvenue n_n


Merci Sato' ♥️
Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

☣ textos envoyés : 2255
☣ phikas : 1634

Féminin
☣ âge : 18
☣ animal virus : renard argenté.
☣ je loge en : F#03.
MessageSujet: Re: Geriko Ogawa, the Black Raven [50% done] Sam 30 Nov - 5:27

Nah, je suis la générosité et la douceur incarnée, je ne frappe personne mwa (a')
Tant mieux si l'animal virus s'est libéré donc :D
Citation :
# lieu : Sous ton lit, avec un grand sourire dévoilant mes canines luisantes :3
(ça, ça m'a tuée :'D)


poulpesquement gâtée :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.root-top.com/topsite/forumrpg/in.php?ID=7449
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Geriko Ogawa, the Black Raven [50% done]

Revenir en haut Aller en bas
 

Geriko Ogawa, the Black Raven [50% done]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Affaire entre corbeaux [PV Black Raven]
» New codex black templar
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hikage :: Bureau des Inscriptions :: Fichiers d'inscription :: » Les p'tits papiers-